CONFERENCE ESPISCOPALE
Sénégal - Mauritanie - Cap Vert - Guinée Bissau
SENEGAL

Eglise au [ ... ]

SENEGALLire la suite...
MAURITANIE

Eglise en [ ... ]

MAURITANIELire la suite...
CAP VERT

Eglise au [ ... ]

CAP VERTLire la suite...

mauritanieok

Eglise en MAURITANIE

Le Diocèse de Nouakchott, en Mauritanie, est né à la suite de l’accident d’aviation où périt notre Préfet apostolique, Mgr Joseph LANDREAU, cssp, le 16 juin 1965, à Zouerate (nord de la Mauritanie.)

Détaché de Saint-Louis du Sénégal, il a grandi progressivement sous la houlette de des premiers Evêques. Mgr Michel BERNARD, cssp, (1965-1973) érigea le nouveau diocèse avec sa longue expérience d’ancien Archevêque de Brazzaville, au Congo. Il trouva un terrain tout nouveau le « 4 mars 1966, » où il construisit tout d’abord une petite Cathédrale, toujours en fonction et son presbytère (18/12/1968). Le nouveau « diocèse », qu’il placera sous le patronage de « Marie Immaculée », partition de la vieille Préfecture Apostolique de Saint-Louis, comprenait alors la mission de Nouakchott fondée en 1960, la mission de Port Etienne (Nouadhibou) fondée en 1958, la mission d’Atar (aumônerie militaire), celle de Rosso, fondée en 1955, celle de Zouerate et la nouvelle fondation de Kaédi qu’il ouvrit en 1965.

En 1974, Nomination d’un nouvel Evêque, Mgr Robert de CHEVIGNY (1974-1995), consacré par Mgr Hyacinthe THIANDOUM, le 24 Juillet. Un projet pastoral voulut définir la ligne d’action du nouveau diocèse en pays entièrement musulman en restant attentif aux consignes du Christ demandant à ses disciples d’être des intendants fidèles et avisés.

Mgr Martin HAPPE, nouvel Evêque, de la famille des Pères blancs, venant du Mali, succède en 1995 à Mgr de CHEVIGNY. C’est Lui qui préparera le Jubilé diocésain du 40°anniversaire, en 2005.

Comment mettre en œuvre la priorité missionnaire au cœur de la vie du diocèse ? 40 ans, c’est un temps très court dans la vie de l’Église, mais c’est certainement une superbe occasion pour élever nos cœurs en remerciant le Seigneur pour tous les bienfaits que l’église a reçu. La communauté comporte alors environ 10.000 fidèles étrangers au pays dont la moitié est catholique. Tout ce monde est très cosmopolite les africains sont, bien sur, les plus nombreux. Certains forment même des groupes stables, tels la Guinée-Bissau, le Sénégal, le Bénin, le Togo, le Congo. Plusieurs familles sont présentes en Mauritanie depuis trois générations et participent activement à la vie de l’Église.

Sous-catégories